En marge d’une réunion du Rassemblement national, une cinquantaine de personnes mobilisées à Tergnier contre l’intolérance

Des militants, des citoyens, des colistiers des deux listes DVG ont tenu à se réunir pour dénoncer les discriminations.

Mis en ligne le 28/02/2020 à 20:52 par Thibaud VERRIER

Le rassemblement s’est tenu place Doumer et non pas place Carnègie devant la réunion du FN.

« Non à l’intolérance »

« Résistons » Devant ou autour de ces slogans sur des banderoles, une cinquantaine de personnes se sont réunies ce vendredi en fin d’après-midi, place Doumer devant l’hôtel de ville. Il y avait des Ternois engagés sur les deux listes DVG, dont Michel Carreau lui même, des sympathisants ou simples citoyens, mais aussi des Chaunois, des Castelthéodoriciens…

Un message qui ne passe pas

Via un appel lancé sur les réseaux sociaux et le bouche-à-oreille, ils ont tenu à se rassembler pour rendre hommage aux victimes de toutes les formes d’intolérance. A l’origine le rendez-vous était prévu par Thomas Mazingant un citoyen engagé et la Ligue des droits de l’Homme de l’Aisne devant le musée de la Résistance et de la Déportation de Picardie, en face de la réunion politique du Rassemblement national (RN) local.

Jean Messiha, membre du bureau national et candidat aux dernières législatives ici avec la tête de liste RN pour les municipales Frédy Deguin-Dauwson était attendu. Annoncé dans l’après-midi comme souffrant, Jean Messiha n’est pas venu. Pour des Ternois les messages polémiques lors de la campagne en 2017 ne passent toujours pas, comme ceux stigmatisant les migrants.

D’autres sont venus pour s’opposer à la stratégie nationale du RN pour les échéances nationales, en se demandant en quoi Tergnier étant concernée. « Il sème la haine et la discorde. Aujourd’hui il faut promouvoir le lien entre les gens », pointait un autre manifestant.

https://www.aisnenouvelle.fr/id72036/article/2020-02-28/en-marge-dune-reunion-du-rn-une-cinquantaine-de-personnes-mobilisees-tergnier?fbclid=IwAR2XzC16lijJNXC8KEi7abkheZk8gJwQ_QGf3dp3ihjQll70zpm-fwEj3H0

Accompagnement des mineur.e.s isolé.e.s : échangeons nos constats et nos luttes !

Des nouvelles du processus des EGM, un regard sur la vie des territoires, panorama des dernières ressources ou actualités sur les migrations : retrouvez régulièrement les dernières infos des États Généraux des Migrations !

Le Groupe chantier « Mineur.e.s » des EGM a besoin de vous !Les organisations impliquées au sein des Etats Généraux des Migrations sont nombreuses, chaque jour, à s’investir auprès des personnes mineures non accompagnées. La session nationale d’octobre 2019 a été l’occasion de réaffirmer le nécessaire partage d’expérience pour celles et ceux qui se mobilisent auprès de ces jeunes particulièrement vulnérables. Elle a également permis d’identifier le besoin de mettre en lumière les différentes pratiques mises en œuvre par les administrations concernées.

C’est ce que vous propose aujourd’hui le groupe chantier « Mineur.e.s » avec le questionnaire ci-dessous, que nous vous invitons à remplir avant la fin du mois de mars 2020. Ce dernier prend la forme d’un fichier texte « word » que vous pouvez remplir directement sur votre ordinateur.

L’objectif : faire le point sur les pratiques (qu’elles soient néfastes, illégales, ou exemplaires) dans les différents départements, et partager vos méthodes d’action et vos projets de lutte. Ce questionnaire est dense et aborde de nombreux sujets : vous avez la possibilité de le remplir partiellement, et de profiter plus ou moins largement des rubriques « libres » vous permettant de décrire des situations ou d’ajouter des remarques plus détaillées. Si vous n’êtes pas en mesure de le compléter, n’hésitez pas à nous faire parvenir le nom d’une personne plus à même de le faire dans votre département à l’adresse contact@eg-migrations.org.
Retrouvez ici le questionnaire
SAVE THE DATE !LE SAMEDI 13 JUIN 2020
Journée de travail sur la thématique des mineur.e.s non accompagné.e.s

Vos réponses à ce questionnaire permettront de dresser une large photographie de la situation, que le groupe chantier « Mineur.e.s » utilisera dans le cadre de l’organisation d’une journée thématique consacrée à la question des personnes mineures non accompagnées. Nous vous donnons donc rendez-vous le samedi 13 juin à Paris pour une journée de travail interne aux Etats Généraux des Migrations !
Des informations complémentaires sur le programme et les modalités d’inscriptions vous seront communiquées rapidement..

À Tergnier (02) le 28 février 2020, rassemblement contre l’intolérance et la haine

Communiqué du Collectif Citoyens Résistons du Pays Chaunois.

Le Collectif Citoyens Résistons organise un rassemblement le vendredi 28 février 2020 devant la marie sur la Place Doumer de la ville de Tergnier 02700, soutenu dans son action par diverses associations, parmi lesquelles entre autres la Ligue des droits de l’Homme, le CLED (Collectif de lutte contre l’extrême droite) et l’UJFP (Union juive française pour la Paix).

À l’heure où partout en Europe et dans le monde montent l’intolérance et la haine de l’autre, tel un feu attisé par les idées d’extrême-droite, nous ne pouvons rester silencieux.

Nous voulons manifester le plus clairement possible notre refus de laisser de telles idées avoir droit de cité à Tergnier, haut lieu de Résistance à l’envahisseur nazi.

Nous considérons comme inadmissible que, le vendredi 28 février 2020, sur la place Carnégie, à Tergnier, où s’élève le musée de la Résistance et de la Déportation, puisse se tenir une réunion qui représente une insulte à la mémoire des héros qui sacrifièrent leur vie pour libérer notre pays.

Nous tenons également à rendre hommage aux trop nombreuses victimes des violences racistes partout dans le monde et, plus récemment, en Allemagne.

Collectif Citoyens Résistons du Pays Chaunois

Défense de la laïcité

Réunion publique pour la défense de la laïcité le samedi 25 janvier à Saint-Quentin Espace Matisse salle 3 rue Théophile Gautier à 14h30

réunion organisée par la Libre pensée Aisne

Texte de la Ligue des droits de l’Homme, de la Ligue de l’enseignement, de la Libre pensée

Notre inquiétude est grande. Depuis maintenant de trop nombreuses années, la laïcité est l’objet de remises en cause qui en faussent le sens et la portée. Ses plus anciens adversaires l’utilisent pour exclure une partie d’entre nous et en font l’étendard de leur haine raciste tandis que certains en contestent les fondements et veulent enfermer chacun dans des identités figées. D’autres enfin, y voient l’occasion de mettre en avant le fantasme d’une société amputée de toute diversité.

Aujourd’hui, ces discours et ces actes émanent d’acteurs politiques, associatifs et religieux, de penseurs célébrés, de femmes et d’hommes de tous horizons. Comme si l’urgence était à la multiplication de ces atteintes intolérables au contrat social !

Car c’est bien de cela dont il s’agit : adversaires et faux amis de la laïcité s’acharnent à saper ce que la République a mis plus de deux siècles à construire. Il est urgent d’y mettre un terme.

La laïcité est un principe issu des valeurs fondatrices de notre contrat politique commun.

La liberté, d’abord, car elle garantit à chacun une liberté de conscience absolue, de pratiquer, y compris publiquement, le culte de son choix ou d’en changer, comme le droit de n’en pratiquer aucun et de contester les dogmes et leurs pratiques.

L’égalité, car, en assurant la séparation des cultes et de l’état et la stricte neutralité de celui-ci vis-à-vis de ceux-là, elle implique de respecter les droits et libertés de toutes et tous sans discriminations.

La fraternité, car elle s’ancre dans l’universelle humanité qui précède en chacun de nous la diversité de nos appartenances.

Malgré les obstacles qu’ils ont rencontrés et qu’ils rencontrent encore, ces principes sont inséparables d’une société ouverte à l’Autre et respectueuse des choix de chacune et chacun. Les remettre en cause, au nom du soupçon, de l’amalgame ou de la haine de telle ou telle religion, en désignant celui ou celle qui serait l’ennemi de la République et de nos libertés, ne fera qu’alimenter la division, le ressentiment et la violence.

C’est pourquoi, nous réaffirmons notre attachement à l’esprit et à la lettre de la loi de 1905 et à sa conséquence, la neutralité de l’État et des services publics.

Nous en avons plus que jamais besoin pour affronter, ensemble, les défis posés aujourd’hui par l’urgence sociale, l’urgence environnementale, l’urgence démocratique

C’est pourquoi nous condamnons les actes et les propos qui feraient de la laïcité une arme d’exclusion ou de discriminations ou l’alibi d’une assignation à résidence, comme ceux qui justifieraient la prééminence d’un dogme sur les lois de la République (qui s’imposent de manière égale à toutes et tous) .

C’est enfin pourquoi nous nous engageons à respecter et faire respecter ces principes et que nous appelons les pouvoirs publics à s’engager dans la même voie et à être irréprochables en la matière.

Avec le soutien de :

Syndicats :

Confédération générale du travail (CGT),Fédération syndicale unitaire (FSU), Fédération nationale de l’enseignement, de la culture et de la formation professionnelle Force Ouvrière  (FNEC FP-FO), Syndicat des avocats de France (SAF),Union nationale des étudiants de France (UNEF),Union syndicale solidaires

Partis :

Ensemble !, Europe écologie les Verts (EELV),Gauche démocratique et sociale (GDS),Génération.s,La France insoumise et Groupe parlementaire de l’Assemblée nationale, Place publique,Parti de gauche, PCF

PS (en attente)

Associations :

Action droits des Musulmans (ADM),Association Citoyenne des Originaires de Turquie (ACORT),Association des Marocains de France (AMF), Association France Palestine Solidarité (AFPS),ATTAC (Association pour la Taxation des Transactions Financières et pour l’Action Citoyenne),Collectif contre l’islamophobie en France,CEMEA (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active),Centre de Recherche et d’Information pour le Développement (CRID),Cimade (La)  – Comité Inter Mouvements auprès des Evacués,Comité Adama Traoré,Comité National de Liaison des, Régies de Quartier (CNLRQ),Confédération Nationale du Logement (CNL),Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Cnajep),Crap – Cahier pédagogique,Fédération des Conseils de Parents d’Elèves (FCPE),Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR),Fédération Léo Lagrange,Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et Gens du voyage (Fnasat-Gens du voyage),Fédération Nationale des Francas,Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT),Fondation Copernic,France Libertés – Fondation Danielle Mitterrand,Jeunesse au Plein Air (JPA),Jeunesse Etudiante Chrétienne (JEC),L’économie sociale partenaire de l’école de la République  (L’Esper),Le Planning Familial,Mémorial 98,Pas sans nous,Solidarité laïque,Mouvement contre le Racisme et pour  l’Amitié entre  les Peuples (MRAP), SOS Racisme

Ciné-Débat organisé par la LdH le mardi 19 nov à La Ferté-Milon

A l’occasion des 30 ans de la convention internationale des droits de l’enfant, la Ligue des droits de l’Homme et le cinéma Jean Racine de La Ferté-Milon (02) vous invitent à un ciné-débat sur le thème de l’éducation bienveillante autour du film « Même qu’on naît imbattables » de Marion Cuerq & Elsa Moley.

Le film raconte comment la Suède qui a interdit la fessée en 1979, 40 ans avant la France, a développé une éducation non-violente basée sur le respect et l’empathie.

Le film sera suivi d’un débat en présence de Sarah Berthonneau, formatrice en pédagogie active pour les enseignants et les parents et Isabelle Hahn, représentant le collectif Arc-en-ciel de Château-Thierry.

Tarif unique : 5 €, ouverture 19h30, projection 20h. Verre de l’amitié

Bande annonce